In Non classifié(e)

LE FEU

Dans le panégyrique consacré à Saint Vincent de Paul, que nous  connaissons sous le nom de Manuscrit 162, André Coindre décrit les caractéristiques de ce qu’il appelle « un ouvrier évangélique ». D’après notre fondateur, un ouvrier évangélique est un feu divin qui  embrase tout ce qu’il touche, mais que -malgré son pouvoir-  ne se laisse pas éclipser par l’arrogance.

Saint Vincent de Paul est l’apôtre infatigable des pauvres.  Il a mené pendant ses 80 ans une activité évangélique extraordinaire. En 1625 il a fondé la Congrégation de la Mission, ce sont les  religieux que nous connaissons aujourd’hui comme des frères  vicentins ou lazaristes. Le premier charisme de la Congrégation fut l’évangélisation des  paysans, qui étaient les laissés-pour-compte  à l’époque.  Saint Vincent comprend parfaitement  que si ses prêtres ne sont pas bien formés leur action missionnaire  ne portera pas de fruits. C’est ainsi qu’il se consacre pendant très longtemps à la formation de ses prêtres et la mise en place de séminaires diocésains.

Avec Saint Louise Marillac, il a également fondé les Filles de la Charité. Ce groupe des religieuses est née dans une organisation féminine d’aide aux plus démunis, connue sous le nom de Fraternité de la Charité. « Aimez les pauvres et  honorez-les  comme vous honoreriez le Christ lui-même »,  telle est la mission  confiée à ces jeunes femmes qui se réunissent chez Louise de Marillac. Au début elles n’ont même pas conscience de leur action : elles sont en train de fonder une nouvelle congrégation. Elles ne demandent aucun type d’autorisation, ni civile ni ecclésiastique, parce que la charité n’a pas besoin de permis.

L’activité du saint est inlassable et tout le long de sa vie il a du temps pour s’occuper personnellement des condamnés aux galères, des soldats blessés et malades, des personnes âgées dans la détresse, des enfants pauvres, des esclaves, des mendiants et tous ceux qui ont la joie de s’approcher du saint pour voir le visage miséricordieux de Dieu. Le chapitre quarante-cinq de la biographie d’Abelly commence avec ces propos : « La charité de M. Vincent était semblable au feu qui est toujours en action, quand il trouve de la matière propre ; ou plutôt elle était toute animée et embrasée de ce feu céleste que Jésus-Christ est venu apporter sur la terre, et qui met les cœurs dans une continuelle disposition d’agir pour la gloire de Dieu, et pour le salut des âmes ». Saint Vincent est le feu.

André Coindre n’a vécu que 39 ans. Il a développé son œuvre évangélique depuis 1812, la même année où il est ordonné prêtre, jusqu’en 1826, l’année de sa mort. Quatorze ans d’une activité inlassable. Avec Claudine Thévenet il fonda les Religieuses de Jésus Marie, issus d’une association de dames caritatives qu’ils avaient eux-mêmes fondée en 1816 et qui porte le nom d’Union Pieuse du Sacré-Cœur de Jésus. Les débuts de l’œuvre sont vraiment humbles et sans espoir. Cette nuit du 5 octobre 1818 à Pierres-Plantées il n’y avait que veuve Ferrand, Jeanne Burty avec son métier à tisser, une orpheline et Claudine. Claudine elle-même déclare qu’il lui semblait s’être engagée dans une entreprise folle et présomptueuse et que, tout compte fait, l’œuvre était vouée à l’échec. Mais il y avait aussi le Seigneur qui bénit les plus humbles et fonde des projets dans de pauvres mains ouvertes.

En réponse à l’appel des enfants et des jeunes démunis et sans espoir, André Coindre établit une providence pour s’occuper des enfants et des jeunes prisonniers, vagabonds ou abandonnés. Cette providence, qui deviendra plus tard le Pieux-Secours est à l’origine de la congrégation des frères du Sacré-Cœur.  Les premiers collaborateurs d’André ne semblent pas non plus être en mesure de faire face à une sélection de personnel relativement rigoureuse. Antoine Ghenton refuse l’invitation de Coindre pour devenir religieux et quitte le travail éducatif pour se tourner dans l’avenir vers des activités dans une imprimerie lyonnaise. Guillermo Arnaud, notre frère Xavier, est un jeune homme persévérant et déterminé, un véritable homme de foi que répond à l’appel de Dieu. Mais, avec un regard externe, on pourrait dire qu’il n’était pas suffisamment formé  pour devenir le premier frère d’une congrégation consacrée à l’éducation des jeunes. Encore une fois les lignes tordues de Dieu.

Sans avoir des possibilités de rester dans ses propres fondations, le père Coindre continue à répandre le feu de la parole de Dieu dans les zones rurales des départements proches à la ville de Lyon. Sur l’initiative de Monseigneur Salamon, un survivant miraculeux des purges contre les catholiques pendant la Révolution Française – qu’il décrit lui-même dans un récit glaçant- il fonde les Missionnaires du Sacré-Cœur de Monistrol. En plus, dans le cadre de son activité apostolique il visite les prisons, offre du travail et des possibilités d’éducation aux enfants pauvres, soigne des malades, et verse sa gloire de sainteté auprès de tous ceux qui ont eu la chance de le rencontrer. Dans les premières règles qu’il donne aux Frères du Sacré-Cœur il leur demande de ne pas oublier les paroles de Jésus : « Je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu’ai-je à désirer, s’il est déjà allumé? » Et il ajoute : « Ils feront que ce feu brûle dans tous les cœurs, après l’avoir incorporé eux-mêmes du Sacré-Cœur de Jésus Christ. » Le père Coindre est rempli du feu de Dieu. Le Père Coindre est le feu.

Si Dieu notre Seigneur cherchait des hommes capables de répandre le feu de son amour, il trouva chez eux deux pyromanes. Deux prêtres séparés par 200 ans d’histoire. Il est bien probable qu’André se soit inspiré de Vincent pour développer son œuvre apostolique. Dans les deux cas l’élan vient de la même source. Le feu inépuisable de la parole de Dieu qui peut enflammer le cœur. Et une fois ce feu déchaîné, aucune force humaine ne pourra l’arrêter.

Frère Javier Marquínez

Recommended Posts

Leave a Comment

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search