In Non classifié(e)

Le 22 juillet 1822: Ordination sacerdotale du Père François Vincent Coindre

 

François Vincent Coindre, de 23 ans, frère cadet de notre Fondateur et futur second Supérieur Général de l’Institut, a reçu l’ordination sacerdotale des mains de l’évêque de Mende (“exempt d’âge”) dans la Cathédrale de Saint Jean à Lyon.

 

Le P. André Coindre a eu la joie d’assister à l’ordination sacerdotale de son frère. À partir de ce moment il a été l’aumônier des Frères du Pieux Secours à Lyon.

 

Le 22 juillet 1894: Reconnaissance comme Institut de Droit Pontifical

 

Après un long processus nous avons été reconnus officiellement et définitivement par le Saint Siège comme un Institut international à l’Église universelle. Le décret commençait de cette façon:

 

“Parmi les pieuses Associations fondées pour rendre inutiles, avec le secours de Dieu, les attaques des impies qui, de nos jours, tendent à ébranler l’Autorité de l’Église dans l’éducation chrétienne et civile, il convient, à bien juste titre, de compter l’Institut d’hommes, tous laïcs, qui porte le nom de Congrégation des Frères du Sacré-Cœur.

Cette pieuse Association de Frères a été fondée l’an 1821, en France, par le prêtre très dévot, André Coindre du diocèse de Lyon.

Outre leur propre sanctification, la fin qu’ils poursuivent avec ardeur, c’est d’élever dans l’esprit d’intelligence et de piété, en tenant compte du caractère de chacun, comme aussi des nécessités des lieux et des temps, les enfants et les jeunes gens qu’ils réunissent dans leurs divers Établissements.”

 

Le 26 juillet 1813: Le Père André Coindre est nommé coadjutor de la paroisse Notre Dame de Bourg-en-Bresse.

 

Celle-ci a été la “première destination pastorale” de notre Fondateur après son ordination sacerdotale. Le Père Bochard, vicaire général du Cardinal Fesch, avait été auparavant prêtre à Bourg-en-Bresse et il avait aussi rempli les fonctions de supérieur du grand séminaire pendant quelques mois. Il connaissait donc bien le jeune André Coindre ainsi que la ville à laquelle il l’envoyait comme coadjutor (assistant) du prêtre, fonction qu’il a rempli jusqu’à 1815.

Dans les registres paroissiaux on voit qu’André Coindre a présidé beaucoup de baptêmes: 320 en 2 ans et 8 mois (10 par mois), qu’il a présidé aussi de nombreux enterrements d’enfants et de jeunes: c’est vraiment un témoignage de la pauvreté, de la maladie et de la mortalité infantile de cette époque.

 

31 juillet 1818: Fondation de la “Congrégation des Religieuses des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie”

 

Deux ans avant, le 31 juillet 1816, dans la fête de Saint Ignace, le Père André Coindre fonde avec Claudine Thévenet l’Association de l’Union Pieuse du Sacré Cœur de Jésus; un groupe de femmes engagées envers la charité chrétienne pour ceux qui en ont besoin.

 

À l’occasion de la commémoration du second anniversaire de l’Association le Père Coindre a célébré la messe dans la Chapelle des Retraits de la Paroisse de Saint Bruno (Lyon), la présidente a lu le rapport annuel et enfin la commémoration s’est terminé avec le petit déjeuner des vingt-deux dames présentes.

 

Mais l’après-midi le Père Coindre a présidé une seconde réunion pendant laquelle le groupe était moins nombreux que celui du matin: elle était constituée par sept associées et cinq amies de Claudine. Le Père André leur a dit: “Pour satisfaire les désignes de Dieux sur votre Association du Sacré Cœur, il est nécessaire que, dans doutes et sans retard, vous vous réunissiez en communauté” Avant qu’aucune ne fasse des commentaires, il a commencé à exposer les lignes générales du projet. Quand il a fini de parler, il a ajouté: “Dieu a préparé les chemins et a signalé Claudine Thévenet pour mener à bout cette mission”. Après ces mots, et perdant pour un moment le calme, Claudine est tombée à genoux et elle semblait débordée, mais le Père lui a dit avec détermination: “Le Ciel vous a choisie; répondez fidèlement à l’appel Divin!

 

Date inconnue de 1817: André Coindre fonde la première providence de garçons

 

“Le cœur blessé face au grand abandon que souffraient les enfants et les jeunes de Lyon; observant avec une douleur profonde que ces jeunes, à peine arrivés au seuil de la vie, devenaient de tristes victimes de la corruption, le Père Coindre a décidé de mettre à l’abri du mal le plus grand nombre possible de jeunes. Quels ont été le motifs qui l’ont poussé à créer une providence où il ramassait les démunis et les abandonnés par la société? Ils ont été ceux qu’il avait exposés à ses premiers collaborateurs et que nous citons ci-après: les libérer de l’ignorance, promouvoir la connaissance et l’amour pour la religion, les inciter au travail et leur permettre de développer un métier pour leur subsistance quotidienne.

Jusqu’à 1817 il lui a été impossible de réaliser son projet. Au début il y avait quinze enfants logés dans les cellules des Chartreux, à l’entrée de l’église. Il a mis à leur disposition des appareils pour tricoter et rouler la soie et il les a confiés à la direction et au contrôle de personnes capables de les former et de les maintenir dans l’exercice du devoir”

 

Biographie du Père André Coindre, Frères Eugène et Daniel, 1888, pp 51-51)

Recent Posts

Leave a Comment

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search