In Non classifié(e)

En Océanie, à l’archipel de Vanuatu, dans l’île de Tana, à Lowanaton, nous les Frères du Sacré Cœur dirigeons une école technique. Cette œuvre a été profondément affectée quand, en mars 2015, l’archipel a reçu l’impact sévère du cyclone PAM. Celui-ci a été considéré comme la plus grande catastrophe naturelle dans toute l’histoire de Vanuatu. Le Frère Antonio López García Nieto, d’origine espagnol, est missionnaire à Vanuatu depuis plusieurs années et il nous raconte l’état de la situation actuelle, à presque deux ans de cette tragédie :

Ma carte de Noël de l’année dernière était une photo de ma classe avec la Sainte-Famille devant un bâtiment détruit par le cyclone PAM. Image de destruction et de désolation qui représentait ce qu’on avait vécu en 2015. En 2016, nous avons choisi nous faire une photo devant le nouveau bâtiment administratif qui est presque fini, étant donné que cette année qui arrive bientôt à sa fin a été caractérisée par la reconstruction.

 

Quand je parle de reconstruction et de consolidation, il m’arrive de penser immédiatement à des paroles telles que solidarité, coopération, union, appui, aide réciproque, confrérie, fraternité … Ces mots et beaucoup plus d’autres synonymes se croisent dans ma tête pour exprimer ce qu’on a vécu en 2016. Et derrière ces mots il y a un grand nombre de personnes. Je connais quelques unes et il y a d’autres que je ne connais pas, des anonymes, mais qui ont été présents d’une façon ou d’une autre dans ma vie dans cette année qui arrive à la fin. C’est pourquoi je dois informer ce que nous avons fait et ce qu’il nous reste à faire, car c’est un devoir de justice.

 

Construction, reconstruction, consolidation. Trois mots que j’ai dû utiliser souvent et que je continue à utiliser.

 

En 2016 j’ai dû concilier mon travail éducatif avec la surveillance de trois équipes d’ouvriers qui ont travaillé dans les oeuvres. La plus importante, où cinq ouvriers étaient impliqués, a été la construction du nouveau bâtiment administratif qui remplacera les modules des bureaux entièrement détruits par l’arrivée du PAM. Actuellement ce bâtiment est presque fini et il ne reste que les ampoules fluorescentes qui vont être installées et ainsi que quelques retouches dans la peinture ( c’est celui qui apparaît dans la carte ) Normalement, à la rentrée scolaire en février 2017, nous pourrons l’utiliser.

 

Deux autres équipes constitués par deux ouvriers chaque équipe ont travaillé dans la consolidation de ce que nous avons dû reconstruire d’urgence en 2015. Conseillés par D. Thierry Rabin, expert constructeur français qui habite à Tanna, et par le Frère Anicet, nous avons adapté les bâtiments aux mesures de sécurité nécessaires pour faire face aux cyclones et aux tremblements de terre: renforcement de poutres en bois, ancrage de barres, des brise-vents, renforcement des toits … Ce travail a été déjà réalisé au cours de l’année. Pendant ces vacances d’été de Noël, nous devons finir les bâtiments où ont lieu les classes, étant donné que jusqu’à ce moment les classes étaient occupées par les élèves. Ce travail, si Dieu le veut sera terminé avant la rentrée de cours en février 2017.

 

Il nous reste encore des travaux à faire, moins urgents mais nécessaires: il faut réinstaller le système électrique et d’éclairage; il faut peindre la plupart des bâtiments ( jusqu’à présent on a pu peindre seulement le pensionnat pour filles, la salle à manger et le bâtiment d’informatique, cuisine et couture ), le mobilier des classes et des pensionnats endommagés par le cyclone doit être réparé et peint, et il y a de nombreux petits détails qu’il faut encore corriger. Nous pensons que presque tout sera fini pendant le premier trimestre 2017. Et cela a été possible grâce à la solidarité et la fraternité entre tous.

 

Ce travail n’a pas été facile. Il y a eu de durs moments, difficiles, de tension, de fatigue… mais aussi des moments de joie, de satisfaction et de bonheur pour le travail réalisé. Qui était derrière cela? Qui nous donnait de force pour ne pas nous décourager dans cette grande oeuvre? La réponse est bien claire pour moi: Dieu était toujours là, avec nous! “ El Emmanuel ”, Dieu-avec-nous, s’est incarné en tant de personnes qui ont fait et continuent à faire ce miracle. Pour cette raison, la Sainte-Famille, placée juste au milieu de notre carte de Noël, avec le bâtiment reconstruit derrière et les élèves tout autour, est le meilleur symbole de cette année 2016 qui arrive à la fin et de ce Noël que nous célébrons aujourd’hui. Elle sera présente aussi, sans aucun doute, tout le long de l’année 2017 qui s’ouvre devant nous. Je le veux pour tout le monde.

 

Interview en espagnol au Frère José Antonio López García Nieto, filmée en Espagne: https://www.youtube.com/watch?v=e71MxXsyuSEhttps://www.youtube.com/watch?v=e71MxXsyuSE

Recommended Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search